Home » Art & Culture »Exposition » Currently Reading:

Des Pandas aux Portes du Plaza Athénée

novembre 18, 2012 Art & Culture, Exposition No Comments

Des Pandas gardent l’entrée  du Plaza Athénée, opération originale de relation publique, ces oeuvres monumentale de l’artiste Julien Marinetti, sont présent grâce à François Delahaye Directeur des hôtels de la collection Dorchester, et au galiériste  Robert Bartoux.

L’artiste Julien Marinetti est le créateur de Doggy John, bulldog sculpté et peint qui illustre sa vision « expressionisme abstrait et néo cubisme » , mais qui s’appuye aussi  sur ses oeuvres tels Teddybear, ses Crânes, parmi ses  créations nombreuses car Julien Marinetti à l’image de Picasso qu’il admire est extrémement prolixe, en produisant  jusqu’à 700 œuvres par an « toujours systématiquement différentes, toujours uniques ».

Mais au-delà de cet événement le parcours du galliériste Roger Bartroux créateur de l’événement attaché aux choses de la culture, illustre cet engouement pour l’art.

Qu’elles sont vos débuts en tant que galiériste ?

Ce métier, je suis tombé dedans quand j’étais tout petit…

Mon père, Roger André BARTOUX était un éditeur d’Art réputé et un bibliophile éclairé qui démarra sa carrière dans l’édition de livres de luxe en 1958.

Il travailla avec des Artistes tels que Picasso, Dali, Chagall, Foujita et tant d’autres…

A l’âge de 7 ans, je sautais sur les genoux de Salvador DALI  lors de la présentation du livre les ‘Chevaliers de l’Apocalypse’ présenté par son éditeur Joseph FORET à l’Hôtel NEGRESCO à Nice.

Suite à cette première rencontre artistique, qui fut pour moi une véritable révélation   – quand je serai grand…je voulais les mêmes moustaches, une cape de velours rouge, une chemise de mousquetaire et une canne au pommeau d’argent comme mon idole… –

Je dus tout de même attendre mes 18 ans pour rejoindre le sérail familial (sans les moustaches tout compte fait) où mes 2 frères m’avaient précédé , afin de participer aux éditions familiales et surtout à la vente de livres d’Art par courtage.

De 18 à 25 ans, j’ai sillonné la France entière, faisant du porte à porte afin de présenter et vendre les livres d’Art à la clientèle…

Puis le marché du livre de bibliophilie a malheureusement commencé à disparaître, faute de clients.

Nous nous sommes alors lancés, mes frères et moi, avec un certain succès, dans l’édition et la vente de lithographies originales de DALI, bien entendu, mais également de tous les Artistes des années 80 à 90, Yves BRAYER, Claude WEISBUCH, Louis TOFFOLI, Jean-Baptiste VALADIE…

J’ai alors parcouru l’Europe entière, de salon en salon, tout en réalisant de nombreuses expositions dans des lieux aussi improbables que les allées des centres commerciaux de la banlieue parisienne, les aéroports, les gares,  le métro…

Tout naturellement, après la lithographie, nous nous sommes dirigés petit à petit vers la peinture.

C’est en 1993 que mon épouse et moi-même avons quitté le centre de la France pour nous installer à Honfleur où nous avons ouvert notre première galerie d’Art.

Le succès fut immédiat, dans un esprit qui était déjà le nôtre d’une certaine démocratisation du marché de l’Art, à l’inverse de ce qui se passait à l’époque à Paris, où les galeries d’Art étaient des espaces souvent muséaux, réservés à une élite très parisienne.

Cela nous a porté chance, puisque 20 ans après nous nous apprêtons à ouvrir notre 15ème galerie d’Art, le 6 décembre, à Singapour.

Pourquoi des pandas ?

Oui, en quelques sorte, l’idée des Pandas est le fruit d’une réflexion entre Julien MARINETTI, Artiste déjà fort renommé pour la création du célèbre DOGGY JOHN, et l’un de nos collectionneurs originaire de Singapour.

Alors que nous avions organisé une visite de l’atelier de Julien pour une délégation de l’état de Singapour naquit l’idée de créer un Panda.

Julien MARINETTI et moi-même sommes très proches et nous échangeons énormément.

Il nous est alors venu immédiatement à l’esprit que la France venait de recevoir deux pandas en provenance de Chine et plus particulièrement de la ville de CHENG-DU, mère patrie de ce sympathique et emblématique animal.

Julien se mit immédiatement au travail et avec une précision quasi divine créa un panda dont l’esprit, comme vous avez pu le voir, était complètement  dans l’idée et la représentation de l’animal vénéré par nos amis chinois.

Une fois l’animal réalisé et peint par Julien Marinetti, nous avons fait parvenir un dossier à la ville de Cheng-du, leur faisant part de notre volonté de créer autour de cet animal de légende une œuvre d’Art contemporaine, surprenante et décalée, comme sait si bien le faire Julien.

Leur réaction fut immédiate ; s’en suivit la commande de 4 pièces monumentales, 2,70m et 2,40m pour le papa et la maman, 1,50m pour les « petits ».

Commande exécutée en un temps record par nos fondeurs et par l’Artiste.

L’installation fut réalisée fin juillet 2012 au cœur de la ville de Cheng-Du, devant un nouveau complexe immobilier d’exception appelé ‘rafles city’(photo jointe).

Oui, en quelques sorte, le panda de Julien Marinetti sera notre « emblème » pour ce marché asiatique qui s’offre à nous.

Il sera à l’Asie ce que le Doggy John est à l’Europe.

Son succès est remarquable et s’inscrit d’ores et déjà dans les annales de l’histoire de l’Art Contemporain.

Qu’elle est votre point de vue sur le marché de  l’Art chinois ?

Le marché de l’Art chinois tel que nous l’imaginons n’a pas encore réellement commencé, du moins pour les artistes occidentaux, en dehors de lieux tel que HONG-KONG.

Ce marché est très difficile à pénétrer ; beaucoup de difficultés pour exporter des œuvres d’Art en Chine, taxes d’importation dissuasives, difficulté également d’exporter notre ‘culture’ artistique.

Même si, bien évidemment quelques riches collectionneur chinois ont d’ores et déjà constitué d’importantes collections, il n’en demeure pas moins pour le moment un marché « confidentiel » en ce qui concerne « nos » Artistes occidentaux.

 

Par contre, il existe d’ores et déjà sur le marché chinois une génération d’Artistes époustouflante, emprunte à la fois d’une dextérité technique étonnante et d’une inspiration des plus exceptionnelles.

Quelques Artistes sont déjà connus sur le territoire français, tels que Zeng FENZHI pour ne citer que lui, mais ce marché est très vivace. Il suffit de visiter le quartier Art district de Pékin pour se rendre compte de l’énergie et de l’effervescence de ce marché.

J’ai personnellement visité plus de 20 ateliers d’Artistes, des centaines de galeries…

Ce marché est prêt à exploser.

Comment voyez-vous les orientation du marché de l’Art chinois dans les années à venir

Les Artistes vendent déjà très bien et à bon prix mais ce n’est rien, comparé aux 4 à 5 années à venir.

Peu d’Artistes européens parviendront à  pénétrer ce marché, tant le niveau est élevé.

Il va falloir une énergie et un talent comme ceux de Julien Marinetti pour y parvenir.

Par contre il est certain que les Artistes chinois vont déferler dans peu de temps dans les galeries et salons d’Art européens, et très franchement cela apportera une grande fraicheur à un marché qui a tendance à se scléroser et se répéter un peu trop.

Comme tout grand pays qui se développe, le marché de l’Art suivra le mouvement dans les pas du marché du luxe.

Il suffit de voir le niveau d’investissement des grandes enseignes du luxe en Chine pour appréhender ce qui va se passer d’ici peu avec le marché de l’Art.

Les chinois auront bientôt fait le plein de montres de luxe et autres objets symboles d’une certaine réussite sociale.

Ils vont donc naturellement commencer à passer au stade supérieur, avec une démarche plus intimiste, plus personnelle,  moins démonstrative, en se tournant de plus en plus vers l’acquisition d’œuvres d’Art.

Nous avons vécu cela avec la clientèle russe qui, il y a 10 ans ou presque, a commencé à acheter des œuvres d’Art aux galeries européennes, pour en devenir petit a petit leurs meilleurs clients.

Les chinois suivront le même mouvement, mais ils investiront d’abord sur des Artistes de leur monde, et de vous à moi, au travers de ce que j’ai vu en Chine, ils n’auront pas complètement tort.

Il y a tout de même une belle carte à jouer pour les Artistes occidentaux en Chine et pour les galeristes françaises, mais il va falloir être au niveau et la barre est déjà très haut placée.

Et en ce qui concerne l’évolution du marché de l’Art européen

Le marché de l’Art européen reste, à mon sens, excellent. Il suffit de se rendre dans les salles de ventes parisiennes et londoniennes pour en constater la vivacité.

Les œuvres, les belles œuvres, s’arrachent à des prix qui parfois dépassent l’entendement.

Les estimations les plus optimistes sont régulièrement dépassées ; à ce niveau-là, n’y a aucun souci.

Même des Artistes comme Robert COMBAS explosent actuellement en salles de ventes, de même que les prints du mouvement Pop Art et certains jeunes Artistes de talent.

Je suis personnellement très confiant.

Ma seule inquiétude n’est pas de me dire si en tant que galeristes nous allons trouver des clients, mais plutôt de savoir si les acteurs principaux du marché de l’Art que sont les Artistes seront toujours bien présents.

Je déplore qu’il y ait malheureusement de moins en moins de ‘peintres’ au sens propre du terme. J’entends par là des Artistes capables de ‘manier’ avec talent huiles, pinceaux et toiles.

On voit apparaître un peu partout des compositions ‘numériques’, du collage, du pseudo Pop ou Street Art , un effet de mode, un système,  alors que , et c’est un paradoxe, nous avons actuellement une génération d’Artistes quadra talentueux qui n’osent peut-être pas assez, qui sont trop dans la répétition de codes entendus et attendus en tout premier lieu par les galeries et qui cherchent un peu trop à surfer sur un effet de mode qui malheureusement nous entraîne à voir toujours à peu près la même chose.

D’où un retour en force sur le marché de vraies valeurs comme les grands Pop des années 80.

Je suis néanmoins plutôt optimiste; ayant connu au début de ma carrière des Artistes des années 80 à 90 qui ont presque tous disparu des écrans radars, je trouve la génération actuelle bien plus talentueuse ; il en restera forcément quelque chose. La réponse est entre les mains des Artistes de notre temps.

Evitons que nos galeries ne deviennent des officines réservées à l’antiquité du marché de l’Art.

Il faut aussi que les galeristes  – je n’aime pas le terme de ‘marchand d’art’ – jouent leur rôle, prennent quelques vrais risques et soutiennent les jeunes talents.

 

Dans ce contexte de crise, le marché de l’Art peut parfaitement bien résister, valeur refuge certes, mais il se doit avant tout d’être une invitation au rêve, au voyage, à la découverte…Personnellement, j’en suis, si j’ai bien suivi, à ma 3ème crise en presque trente ans de carrière. Alors, même plus peur !

Jean Cousin

Forks magazine © Forks 2012

Toute reproduction interdite

Comment on this Article:

You must be logged in to post a comment.

RSS Forks Radical trend

  • 15 ème semaine du nouveau cinéma russe
    Voici l’opportunité de voir un cinéma russe peu diffusé en France. Afin d’ illustrer l’originalité de cette création cinématographique, le Ministère de la Culture de la Fédération de Russie a  effectué une sélection qui révèle  les orientations des metteurs en scène tant par leur choix de sujets, que par le ...
  • ArteBellum dans le trend des ventes aux enchères sur Internet
    Les ventes aux enchères offrent parfois l’opportunité de rencontrer des objets dont le destin n’a pas encore rencontré la reconnaissance du public. Un yacht de 20 mètres, aux finitions incroyables se trouve être en vente sur le site ArteBellum. L’histoire de ce bateau est en effet singulière. Conçu avec l’ ...
  • Le professeur Patrice Debré nous éclaire sur les infinis du microbiote
    Au salon des Allergies Alimentaires et des produits « Sans » qui se tenait Porte de Versailles,  Patrice Debré,  professeur  d’immunologie à l’Université Pierre et Marie Curie a tenu une conférence sur le thème de l’homme microbiotique. Son  exposé a dressé un état de l’art de la recherche en ce domaine. Guidant ...
  • Hello, my game is…
    L’humour est au rendez-vous quand Invader investit le Musée en Herbe. Voilà plus de 6 ans que cet artiste n’avait pas exposé à Paris, entre quatre murs. Un peu logique pour un street-artiste, ces créateurs qui ont choisi d’envahir toutes les surfaces de l’espace urbain. Et pourtant un retour car ...
  • Noma, un film sur une cruelle démesure
    « Noma au Japon », film-documentaire réalisé par Maurice Dekkers, a pour sujet unique le voyage du chef René Redzepi dans l’archipel en 2015. Celui-ci a en effet crépu re-créé un restaurant éphémère au Mandarina Oriental Hôtel. C’est un documentaire à regarder non pas comme un documentaire très bien fait, mais surtout ...
  • Leonardo Paixao, une cuisine « étoilée » de Minas Gerais
    La province de Minas Gerais suscita déjà au début du dix-neuvième siècle l’enthousiasme du naturaliste français Auguste de Saint Hilaire, et déjà à cette époque cette province du Brésil était réputée pour sa gastronomie. Deux siècles plus tard le MinerasGerais confirme cette réputation. La diversité des paysages, la richesse des ...
  • Le FC-715. Zoom, dernier calibre de la marque Frédérique Constant
    Dans la Manufacture de Plan-les-Ouates à Genève officient les « maîtres du temps » de la marque horlogère suisse Frédérique Constant . Ils lancent le FC-715. Zoom, un  19 ème calibre entièrement conçu et construit par cette firme. Le boîtier à un diamètre  de 40,5 mm, la Classic Manufacture Moonphase avec est disponible avec différentes ...
  • Poseidon ou les poissons de l’aquaculture grecque
    La Société Grecque d’investissement et du Commerce extérieur  promeut les espèces méditerranéennes euryhalines, comme le bar et la daurade d’aquaculture,  afin de mettre en avant leurs goût et qualité. Selon les représentants de celle-ci,“les produits de l’aquaculture grecque, la daurade royale et le bar, sont les plus plébiscités par les consommateurs français. ...
  • Le Restaurant la Passerelle à Issy-Moulineaux
    A l’orée d’Issy les Moulineaux, juste avant d’arriver à l’ Île s’est ouvert cet été un nouveau restaurant: La Passerelle. Après avoir travaillé au Pavillon Montsouris,  été  l’ élève entre autres  de Robuchon et Senderens ,  Michael Méziane est désormais le chef de  ce nouveau restaurant  au cadre soigné dans ...
  • Tea Time au Meurice
    La tradition anglaise du Tea-time semble devenir un nouveau défi de nos palaces parisiens. Le Meurice, qui l’ adopta dès ses origines,  revisite aujourd’hui tous les deux mois une large palette de desserts pour offrir une pause aussi poétique que gourmande de 15h30 à 18 h00.  Présentée sur des porcelaines ...

Comments

  • axt@magic.fr: Merci pour ce bel article, j'en profite pour inviter les let...

RSS Forksbeauty

  • Au miel, tout simplement.
    De fait l'épilation au miel est bien plus moderne que les procédés issus du-dit high-tech. Elle répond à notre envie de bienveillance, de réconfort, à une demande de thérapies douces, de soins qui dédramatisent la relation au corps. La matière première, le miel, illustre au mieux ce retour au sensoriel et à l'authentique.
  • Quand la cosmétique rime avec pragmatisme, intelligence et clarté
    Dans la recherche d'une solution cosmétique plus proche de la nature, de nombreuses solutions sont proposées. Les plus extrêmes vont jusqu'à la confection at Home de produits de beauté. Sans aller jusqu'à une démarche aussi radicale, il existe quelques solutions pour parfaire les soins de notre corps. Recourir aux suites essentielles figure parmi ces choix […]
  • Haute exigence : une gamme de soins anti-âge densité de Clarins
    Haute exigence,gamme de soins,anti-âge,densité,Clarins,Cosmétiques
  • Erborian ou les secrets des herboristes coréens
    La marque Erborian, et ses produits, a été créée par Hojung Lee et Katalin Berenyi. Elles travaillèrent à partir des concepts qui ont fait la renommée de la médecine Coréenne: l’acuponcture, la moxibustion (qui consiste à faire brûler l’armoise à côté de l’une des parties du corps afin de le ...
  • Polaar pour le « Sun» venu du froid..
    Les produits Polaar portent un nom significatif de grand froid et ce au-delà du cercle polaire. Fort de ce positionnement Polaar souhaite innover en présentant une nouvelle gamme.Solaire Haute Protection Polaar Sun, Forks,Forksbeauty,Polaar,Polaar Sun,cercle polaire

RSS Forks Books

  • Plus fashion que la mode, le vintage
    Au début d’une nouvelle saison Couture et du cortège de nouveautés d’une mode qui trop souvent pratique plus la redondance que la création, parcourir le livre Trésors du Vintage, la mode aux enchères, 1900/2000 apporte une vision décalée, mais combien vivifiante de la mode. Présentés selon un ordre chronologique qui suit les décades du vingtième […]
  • Steve Mc Curry: Inédit… et fascinant
    Inédit: le titre l’annonce, le livre le montre. Que s’est-il passé avant la photo qui a fait la une du New-York Times, de Paris-Match ou du National Geographic ? Steve Mc Curry a réalisé des milliers de photographies tout au long de sa carrière de grand-reporter, mais en réalité peu ont été publiées. Inédit livre […]
  • « Polar »: une anthologie de « presque » tous les maîtres du crime
    En France 4/5 des livres vendus sont des polars. Mais sous le nom polar se cachent au moins quatre « sous-genres »: romans à énigme(s), roman policier, roman d’angoisse ou thriller, roman noir, selon Jean-Berbard Pouy, qui souligne que » le polar n’est pas monolithique ». Une anthologie du polar est donc une oeuvre aussi […]
  • LA CONSIGNE
    Le titre de l’ouvrage parle peu. Sur la couverture grise  un dessin orange: plissé?  bouquet? fleur? Une énigme, mais aussi une clé. Pour comprendre la philosophie de l’ouvrage, et pour l’appliquer à soi . Qui n’a pas, un jour, bien avant cette pléthore de volumes de dessins tout faits, imprimés en noir et blancs, crayonné […]
  • Zone Rouge: Alfa Roméo
    Dans la collection Prestige d’Auto Plus un titre Toutes les Alfa Roméo de route de 1910 à nos jours, l’ouvrage conçus et fait pour les aficionados de la célèbre marque au trèfles.Un historique exhaustif de la marque de tout les voitures de série qui ont bâti l’image de cette marque jusqu’au renouveau des années 2000. […]
  • Michel-Ange sous le bras. Pas en poche, en B.D
    Michel-Ange…..en BD! Impossible, décalé, facile, accrocheur. Dans le cas de ce livre tous les adjectifs peuvent s’appliquer. Il est des associations audacieuses, mais aucune ne résumera l’ambition de ce livre. Michel-Ange est une B.D. Le sujet: Tout Michel-Ange in extenso. Telle est en effet l’ambition de ce livre hors normes. Présenter, faire comprendre l’oeuvre peint, […]
  • LE POP ART, UN ART PAS SI POP
    Imaginons une société de l’abondance qui déverse pêle-mêle ses images et ses mythes dans un joyeux désordre. Avec enthousiasme ale monde anglo-saxon des années 5O entasse, dans son caddy de consommateur fou, Marylin, du potage Campbell, des B.D., des bêtes empaillées et de fameuses bouteilles. C’est le temps des jours heureux et de la récréation. […]
  • Plus long le chat dans la brume
    Plus long le chat dans la brume , Journal d’une monteuse: un livre sur le cinéma, pas vraiment! Un livre d’illustration, pas plus! Un monologue, absolument pas! Un essai alors, pas vraiment. Un livre sur le cinéma, oui et non. Un recueil de poésie… peut être. Voilà en quelque sorte ce qui caractérise le livre […]
  • TAIPEI, Histoires au coin de la rue, l’envers du décor
    Taïpei, c’est la capitale de la République de Chine, aussi appelée Taïwan. Avec 2,705 millions d’habitants, cette capitale politique, culturelle, économique est plus communément appelée Taîwan, du nom de l’île dont elle est la capitale. Taïpei, c’est une destination touristique, la ville aux 12 districts et notamment son mémorial Tchang Kaï-chek. Taïpei, c’est aussi la […]
  • ALBERS : LE CARRE PARADOXAL
    S a manière évoqua celle des constructivistes, Tatline, Lissitzky, Malevich ou Rodchenko et leur tendance à la rectilinéarité. Le dépouillement des motifs fit qu’on l’opposa aux symphonies grandioses de Jackson Pollock ou Barnett Newman. Ses effets d’optique furent associés à ceux de l’Op’art et à Bridget Ryley. De fait, Albers pratique la peinture en artiste […]

RSS Forks Cars

  • Le concept NeuV de Honda: acheter utile
    De nouveaux objets apparaissent. D’ autres, déjà connus,  doivent être vécus sous une approche différente. Tel est le cas du concept NeuV de Honda. Depuis le XX ème siècle la voiture  génère bon nombre des mythes de l’homme moderne.  Raymond Barthes, dans son livre Mythologies a d’ailleurs  décrit , analysé le phénomène, et a associé […]
  • Un Livre qui voit Rouge
    Dans la collection Prestige d’Auto Plus un titre Toutes les Alfa Roméo de route de 1910 à nos jours, l’ouvrage conçus et fait pour les aficionados de la célèbre marque au trèfles.Un historique exhaustif de la marque de tout les voitures de série qui ont bâti l’image de cette marque jusqu’au renouveau des années 2000. […]
  • La marque aux quatre cercles propose un restyling de son modèle phare l’Audi A5
    La marque aux quatre cercles propose un restyling de son modèle phare l’Audi A5 à la personnalité automobile bien marquée, et qui s’affirme comme bien plus que la simple version coupée de l’A4. Pour preuve, ce modèle a engendré de nombreuses déclinaisons dont le cabriolet et la version Sportback. Après quatre années et un succès […]

RSS News Forks.Tv

  • John Lawrence Sullivan Interview
    En choisissant John Lawrence Sullivan , une figure légendaire du ring de la fin du XIX siècle , Arashi Yanagawa, ancien boxeur professionnel est entré avec dynamisme en 2003 sur la scène d'une nouvelle mod masculine japonaise.
  • Mikelangelo Interview
    Michel Angelo se lance a nouveau dans une grande aventure, une grande tournée avec le cirque Bouglione. Son spectacle Baby Blues débutera à Angoulême le 6 et 7 mars. Dans son interview, il nous explique ses motivations et sa volonté d'aller de retourner sur le devant de la scène.
  • Honorè d’O Interview
    Honoré d’O accorde un interview exclusif dans son atelier à Gand, ou il nous présente ses dernières oeuvres. En effet Honoré D’O explore depuis 1990 un langage plastique pluridimensionnel. Ses œuvres combinent lieux d’échanges, interactivités et expériences individuelles. Avec des objets au départ insignifiants, glanés par-ci par-là, Honoré d’O se lance dans des compositions prenant […]
  • Kagurazaka Megumi
    Megumi Kagurazaka est une actrice japonaise ayant débuté comme mannequin. Elle se passionnait déjà pour le cinéma quand elle était étudiante. Sa timidité l'empêchant de se lancer dans ce domaine, elle se concentra sur la profession de coiffeuse et de maquilleuse. Alors qu’elle travaillait au rayon maquillage dans un grand magasin, des gens d’une agence […]
  • S.M.A.K Musée Avant-Gardiste
    La collection du SMAK est centrée principalement sur l’art moderne européen de 1950 à nos jours. Les objets que le musée héberge sont issus de plusieurs courants de l’art contemporain, tels que Cobra, le Pop Art, le Minimal Art, l’art conceptuel et l’Arte Povera. Il y a lieu de relever en particulier les installations Wirtschaftswerte […]
  • Paco Rabanne Interview
      Interview de Paco Rabanne, sur sa trajectoire de l’architecture à la mode, et aux parfums. Une carrière dans la mode, des débuts dans l’architecture. En effet, en 1966, le créateur espagnol présente sa première collection à Paris, composée de 12 « robes importables en matériaux contemporains ». Les créations révolutionnaires, sont faites de matériaux […]
  • Gaspard Yurkievich Interview
    Son nom provoque l'enthousiasme des rédactions des magazines de mode. Gaspard Yurkievich, designer de mode créeant du beau, du provocant, est devenu en que
  • Interview de Tristan Aurouet
    Après un premier film en 2004 en duo, « Narco », avec  Gilles Lellouche , Tristan Aurouet réalise ce premier long métrage « Mineurs 27″ dont il assure seul la totale réalisation. Pour ce thriller il a choisi comme sujet l’abus d’adultes sur mineurs. Ce film noue et dénoue donc les fils complexes que peuvent engendrer les conséquences […]
  • La Vision de Frédéric Boyer
    La mission, même si je déteste ce mot, de la Quinzaine est de découvrir des talents. Frédéric Boyer a proposé dans ses sélections beaucoup de premiers films. Donc on sélectionne des gens dont on n'a jamais entendu parler. Certains sont des anciens assistants réalisateurs, ont été photographes, un autre comédien (Karl Markovics, 'Atmen'). Ils sont […]
  • Atsuro Tayama Interview
    Diplômé du Bunka Fashion College en 1975, le jeune Atsuro Tayama fait ses classes, version travaux pratiques aux côtés de Yohji Yamamoto jusqu’en 1978. Il ajoute une corde à son arc en dirigeant, pendant quatre ans, la société Yohji Europe, à Paris. Le manager créatif catalyse une do