Quoi de neuf dans le monde de la beauté: Beyond Beauty

by Rédaction

Le salon Beyond Beauty consacré à la beauté et à tous les produits qui l’accompagne vient de se dérouler à Paris, plus international mais aussi plus novateur par les exposants et les produits présentés. Toujours structuré sur les segments fabricants, packaging, spa et produits cosmétiques, ce salon confirme une évolution de la sphère des cosmétiques, des gammes élargies, l’orientation de la recherche vers une nouvelle technologie, la confirmation de l’émergence des produits Bio et surtout une nouvelle cartographie de la beauté.

Il serait prématuré de prétendre à une révolution de la sphère cosmétique. Au Box office de la beauté caracolent toujours en tête des marques connues: Clarins, Lancôme, Estée Lauder, Christian Dior, Sisley, Clinique, Chanel, Shiseido, Guerlain, Biotherm. A côté de celles-ci d’autres marques qui ont opté pour une diffusion pharmacie et parapharmacie ont conquis d’importantes parts de marché, c’est le cas de Caudalie et Nuxe qui viennent concurrencer Avène, la Roche-Posay et Vichy. Toutefois même si sur ces deux vecteurs de distribution qui proposent des produits complémentaires au niveau prix, l’offre semblait complète, l’année 2010 confirme l’arrivée de nouveaux entrants.

L’arrivée de toutes nouvelles marques confirme l »émergence du Bio, la volonté de proposer des produits  les plus naturels possibles, dénués de composants issus de l’industrie pétrochimique, certifiés Bio par l’institut Écocert et labelisés comme tels. C’est ainsi que les vertus des plantes, des fruits, des minéraux redeviennent les principes de l’élaboration de crèmes, sérums et huiles pour le visage, le corps et les cheveux. Ces produits naturels ne sont plus relégués au rang d’artifices, d’additifs mais peuvent constituer jusqu’à 98 pour cents de la préparation. Cette recherche de l’authentique dans les composants semble répondre à une demande des clients, attentifs à une autre gestion des produits offerts par la planète et alertés par les dangers de substances chimiques instables. présentes dans les produits comme dans leurs contenants.

Ce retour à des matières premières minérales ou végétales participe d’une nouvelle intégrité du corps, d’un nouveau regard sur celui-ci. Il est précieux et fragile, il s’agit de l’entretenir, de le protéger contre les agressions du quotidien dans un environnement urbain. De là une proposition élargie non seulement de produits de soin, huiles corporelles comprises, mais aussi de matériels de relaxation, en allant jusqu’au spa à installer chez soi. Ce double mouvement  d’écoute de soi et d’esprit entrepreneurial voit non seulement l’émergence de nouvelles entreprises, mais aussi une nouvelle cartographie des lieux de fabrication et production.  Désormais la beauté  se décentralise, met avant des provinces ( Normandie, Bretagne, Sud-Ouest ou Sud-Est,) de nouveaux pays  ( Azerbaïdjean) ou des pays producteurs depuis longtemps mais qui accèdent au statut de producteurs et fabricants via de nouveaux partenariats en économie durable.

Le foisonnement de tous ces éléments nouveaux permet au client d’accéder à de nouveaux produits, d’affiner sa demande et de comparer.Une telle abondance de l’offre confère au monde de la beauté une image dynamique; voire exubérante, mais non sans qualités. Dans un contexte qui peut être difficile, en tout cas très concurrentiel, c’est aussi un vecteur d’explorations très positives pour le consommateur.

Interview de Barbara Paoli:

[audio:http://www.forks.fr/wp-content/uploads/2010/10/Interview-Barbara-Paoli-Beyond-Beauty.mp3|titles=Interview Barbara Paoli Beyond Beauty]

Interview de  Sophie Macheteau:

[audio:http://www.forks.fr/wp-content/uploads/2010/10/Interview-Sophie-Macheteau-Beyond-Beauty.mp3|titles=Interview Sophie Macheteau Beyond Beauty]

Forks magazine
© Forks 2010

Print Friendly, PDF & Email
Leave a comment