Home » Art & Culture »Books » Currently Reading:

Shakespeare, au-delà du maniérisme et du baroque

août 13, 2015 Art & Culture, Books No Comments

Il en est de Shakespeare comme de tous les géants de la littérature: si souvent mis en scène, tant adaptés que leurs textes leur échappent et que le message semble vivre de lui-même. Depuis cinq siècles maintenant, et après avoir éclipsé les dramaturges de son temps, Shakespeare n’échappe pas à ce destin. Sa gloire s’y nourrit aux dépens de l’écrivain et de l’oeuvre. Les personnages haussés au statut de figures emblématiques, des éditions surabondantes semblent en prouver la modernité mais font oublier que seul le texte est matière pour appréhender ce   dramaturge anglais de la fin de la Renaissance,  maniériste,  baroque mais surtout moderne par l’analyse de son temps.

La vie même de William Shakespeare semble une mise en scène baroque par une succession de jeux d’illusions. Né en 1564 à Stratford-on-Avon dans le comté de Warwick, sa famille est catholique. Son père, John Shakespere, un paysan devenu peaussier puis échevin et maire incarne l’évolution sociale générée par l’enrichissement du pays. Sa mère, Mary Arden, elle, est issue de la bourgeoisie. L’enfance  et les années de formation du dramaturge restent mystérieuses. On sait qu’il se maria en 1582 à dix-huit ans avec Anne Hathaway de huit ans son ainée. Nouvelle disparition de dix ans.

Shakespeare  réapparaît en 1592, raillé pour sa malice par le dramaturge Robert Greene. Il a vingt-huit ans, il est dramaturge et acteur reconnu du monde du théâtre élisabéthain. Et cette oeuvre, qui apparaît à la fin de ce siècle de la Renaissance, est aussi fille du règne d’Elisabeth I (1558-1603), dont elle semble porter plus encore l’empreinte,  cette souveraine réputée autant pour sa lucidité que pour ses manoeuvres. Sous ce règne d’intrigues et de volonté, les héros de Shakespeare reproduisent tantôt les luttes des factions aristocratiques,  tantôt la chute de grandes dynasties.  Tragédies et comédies donnent tour à tour à percevoir la façon de supporter ou d’échapper à cette monarchie: distance ou étourdissement.

Toutefois les comédies en témoignent plus encore au rythme effréné des rebondissements et des historiettes plaisantes qui encadrent le thème central de chacune. Des personnages nombreux – de treize à vingt-deux sans compter les figurants – soutiennent une intrigue qui en cache une ou plusieurs autres. Les personnages eux-aussi démultiplient leurs apparences au gré de métamorphoses sociales ou physiques. Dans Les Deux gentilshommes de Vérone Valentin devient le chef d’une bande de hors-la loi, eux-mêmes anciens gentilshommes bannis. Julia se déguise en page afin de rechercher le volage Proteus. Les mondes se mêlent. Dans Le Dressage de la rebelle, Sly, étameur ivrogne, devient lord selon le bon vouloir d’un lord lui-même. Les réels s’imbriquent les uns dans les autres, chaque personnage est susceptible de transformation, les costumes cachent d’autres êtres, d’autres angoisses.

A ce thème baroque du déguisement s’ajoute le merveilleux qui s’immisce dans le réel de la représentation elle-même distante du réel. C’est le jeu de miroirs captivant par les reflets infinis Du Songe d’une nuit d’été . De là le rôle des décors, forêts ombreuses, nuits emplies de sortilèges et de métamorphoses burlesques où Thésée côtoie Obéron,  où Titania, la reine des fées, tombe amoureuse d’un âne. C’est le XVI ème mais l’amour est déjà mis en scène dans le jeu du hasard. Les couples se forment, se déchirent, se reconstruisent.  Serments, amitié, fidélité sont éprouvés par ces chassés-croisés et le jeu des masques et travestissements assumés ou subis. Du déguisement naît le quiproquo, lui-même source de nouveaux défis.

Mais là ne s’arrête pas l’aspect  paradoxalement très élisabéthain des six premières comédies de Shakespeare, il est aussi le miroir de la cour: une cour gaie, fastueuse sans formalisme excessif,  préoccupée de culture comme la souveraine elle-même. Et la liberté du genre comique autorise la fantaisie, l’excès,  » le grotesque autant que le sublime », dans une effervescence et un enthousiasme qui rappelle autant la truculence des géants rabelaisiens que la belle humeur de l’abbaye de Thélème.

Toutefois les références à l’antique sont passées au crible d’une société plus septentrionale. Le théâtre de Shakespeare fonctionne aussi comme un miroir de l’essor de Londres. Londres est alors la capitale qui incarne l’enrichissement, le luxe, un appétit de jouissance et de divertissement. Elle est la ville par excellence d’un théâtre qui véhicule les idées et les aspirations du siècle, le lieu où s’opposent petites gens et nobles comme dans Le Marchand de Venise. C’est cette effervescence qu’apportent les comédies de Shakespeare qui mèlent intrige(s) sentimentale(s) et mise en sène de la ville. Considérée alors comme « quatrième Etat », Londres développe, en même temps que les prémisses d’un messianisme anglais, une fonction culturelle.

Et le dramaturge et acteur du Globe Theater ,  protégé de Lord Chamberlain, censeur officiel des représentations théâtrales, donne des représentations où l’harmonie triomphe finalement du désordre et de l’injustice. Les comédies de cette époque vont dans ce sens. Catharina de mégère devient sage, l’inconstant Protéus retrouve Julia, et Silvia Valentin. Démétrius renonce à Hermia pour Héléna, et la première retrouve Lysandre. Mais, avant de parvenir à cet équilibre et retrouver  aussi l’équilibre du jour, ce sont rebondissements, joutes farcesques et verbales qui évoquent d’autres modus vivendi, d’autres possibilités d’action, un monde de désordres imités de Plaute ou de la Commedia dell’arte, voire d’ Ovide, mais retravaillés.

Jean Jacquart et Bartolomé Bennassar ont émis la thèse selon laquelle « en Angleterre la Renaissance fut essentiellement littéraire », et que l’oeuvre de Shakespeare  en est l’expression majeure, si ce n’est la seule. Les premières comédies, tome V des oeuvres complètes rééditées dans la collection de La Pléiade, révèlent des factures bouillonnantes, des machineries scéniques au service d’un jeu verbal serré. Mais ce travail du dramaturge sur le mot, ses sens et son, sa musique, se double d’une distante ironique par laquelle il se démarque déjà des clichés pétrarquisants et des lieux communs culturels de son siècle. Le burlesque construit sur l’accumulation de figures de styles, de glissements de sens, d’allitérations pléthoriques se moque en réalité des excès rhétoriques et déclamatoires, et laisse entrevoir chez Shakespeare non seulement l’analyse d’un auteur sur la « machinerie verbale », mais aussi une conscience tragique de la destinée humaine. L’édition bilingue accompagnée d’un ample apparat critique et scrupuleusement élaborée sous la direction Jean-Michel Desprats et Gisèle Venet permet de saisir la richesse de ces textes et d’en décrypter à l’envi les codes.

Ces six premières comédies de Shakespeare conçues de 1590 à 1597 dépassent en quelque sorte le maniérisme puisqu’elles ne recherchent pas un effet au détriment du naturel. Par delà les ressorts dramatiques de la surprise,  elles révèlent grâce à une extrême recherche un naturel caché, dérobé par les conventions ou les règles de la société élisabéthaine. Dominique Grimardia.

Forks magazine © Forks 2013

William Shakespeare, Comédies.I – Oeuvres complètes, t.VI, Collection La Pléiade, Editions Gallimard.

Comment on this Article:

RSS Forks Radical trend

  • Le professeur Patrice Debré nous éclaire sur les infinis du microbiote
    Au salon des Allergies Alimentaires et des produits « Sans » qui se tenait Porte de Versailles,  Patrice Debré,  professeur  d’immunologie à l’Université Pierre et Marie Curie a tenu une conférence sur le thème de l’homme microbiotique. Son  exposé a dressé un état de l’art de la recherche en ce domaine. Guidant ...
  • Hello, my game is…
    L’humour est au rendez-vous quand Invader investit le Musée en Herbe. Voilà plus de 6 ans que cet artiste n’avait pas exposé à Paris, entre quatre murs. Un peu logique pour un street-artiste, ces créateurs qui ont choisi d’envahir toutes les surfaces de l’espace urbain. Et pourtant un retour car ...
  • Noma, un film sur une cruelle démesure
    « Noma au Japon », film-documentaire réalisé par Maurice Dekkers, a pour sujet unique le voyage du chef René Redzepi dans l’archipel en 2015. Celui-ci a en effet crépu re-créé un restaurant éphémère au Mandarina Oriental Hôtel. C’est un documentaire à regarder non pas comme un documentaire très bien fait, mais surtout ...
  • Leonardo Paixao, une cuisine « étoilée » de Minas Gerais
    La province de Minas Gerais suscita déjà au début du dix-neuvième siècle l’enthousiasme du naturaliste français Auguste de Saint Hilaire, et déjà à cette époque cette province du Brésil était réputée pour sa gastronomie. Deux siècles plus tard le MinerasGerais confirme cette réputation. La diversité des paysages, la richesse des ...
  • Le FC-715. Zoom, dernier calibre de la marque Frédérique Constant
    Dans la Manufacture de Plan-les-Ouates à Genève officient les « maîtres du temps » de la marque horlogère suisse Frédérique Constant . Ils lancent le FC-715. Zoom, un  19 ème calibre entièrement conçu et construit par cette firme. Le boîtier à un diamètre  de 40,5 mm, la Classic Manufacture Moonphase avec est disponible avec différentes ...
  • Poseidon ou les poissons de l’aquaculture grecque
    La Société Grecque d’investissement et du Commerce extérieur  promeut les espèces méditerranéennes euryhalines, comme le bar et la daurade d’aquaculture,  afin de mettre en avant leurs goût et qualité. Selon les représentants de celle-ci,“les produits de l’aquaculture grecque, la daurade royale et le bar, sont les plus plébiscités par les consommateurs français. ...
  • Le Restaurant la Passerelle à Issy-Moulineaux
    A l’orée d’Issy les Moulineaux, juste avant d’arriver à l’ Île s’est ouvert cet été un nouveau restaurant: La Passerelle. Après avoir travaillé au Pavillon Montsouris,  été  l’ élève entre autres  de Robuchon et Senderens ,  Michael Méziane est désormais le chef de  ce nouveau restaurant  au cadre soigné dans ...
  • Tea Time au Meurice
    La tradition anglaise du Tea-time semble devenir un nouveau défi de nos palaces parisiens. Le Meurice, qui l’ adopta dès ses origines,  revisite aujourd’hui tous les deux mois une large palette de desserts pour offrir une pause aussi poétique que gourmande de 15h30 à 18 h00.  Présentée sur des porcelaines ...
  • Bistromania sans complexes
    Bistromania sans complexes du côté des établissements de restauration. Passé de mode le bistrot d’antan et ses sempiternels biscuits apéritifs industriels! Oublié le radical bar à vin et ses cochonnailles imposées! Bienvenu au néo-bistrot! Le bistrot s’est aujourd’hui imposé, tout en gourmandise et invention, il a « relooké » le petit restaurant ...
  • Le Bristol se Blogue
    Le Bristol met en place une politique de communication originale et ambitieuse,au moyen  du blog de  Viktor de Bristol. Un buzz efficace a convié toute la presse à la présentation de celui-ci, ou plus exactement de son blog, car Viktor de Bristol est une personne inconnue, énigmatique .  Lors de ce ...

Comments

  • axt@magic.fr: Merci pour ce bel article, j'en profite pour inviter les let...

RSS Forksbeauty

RSS Forks Books

  • TAIPEI, Histoires au coin de la rue, l’envers du décor
    Taïpei, c’est la capitale de la République de Chine, aussi appelée Taïwan. Avec 2,705 millions d’habitants, cette capitale politique, culturelle, économique est plus communément appelée Taîwan, du nom de l’île dont elle est la capitale. Taïpei, c’est une destination touristique, la ville aux 12 districts et notamment son mémorial Tchang Kaï-chek. Taïpei, c’est aussi la […]
  • La percutante impertinence d’un citoyen engagé: L’ émule d’Emile
    L’ émule d’ Emile est un ouvrage impertinent qui fait appel à la mémoire.  Le citoyen-lecteur  y est en effet  constamment soumis à un flux d’informations en provenance des médias, dans lesquelles les hommes politiques sont au premier rang et sur lesquelles Serge Petitdemange s’exprime avec pugnacité, puisqu’il nous transmet tous les courriers qu’il adresse […]
  • Michel Vaillant, plus qu’ une aventure automobile
    Avec  70 albums, Les Aventures de Michel Vaillant ont atteint un statut mythique dans le monde de la BD des  années 60. Pas évident de créer un héros même si son créateur, Jean Graton, y croit et affirme encore aujourd’hui « Michel Vaillant, je l’avais dans la plume ». La naissance du mythe fut accueillie avec la […]
  • Jean Cousin, le père du Classicisme français célébré par le Louvre
    Il s’agit d’un double événement: d’une part la première monographie contemporaine éditée sur Jean Cousin peintre du XVI siècle – la dernière datait de 1870-,  d’autre part la plus exhaustive des expositions sur ce peintre qui est l’équivalent d’un Jean Fouquet au XVème ou d’un Nicolas Poussin au XVII siècle. Il s’agit d’un double événement: […]
  • 100 architectes réunis dans un livre
    Cet ouvrage devrait s’imposer par la richesse de son iconographie comme un ouvrage de référence. Chaque créateur fait l’objet d’une illustration qui cumule photographies des réalisations, plan de masse, croquis, projets en trois dimensions et simulations virtuelles. Chaque introduction est rédigée par un spécialiste de renommée internationale. Il expose avec clarté le processus créatif et […]
  • Impertinence et humour avec « La Playlist des philosophes »
    Impertinence et humour:  La Playlist des philosophes Dans cet ouvrage de 308 pages  Marianne Chaillan se livre à un exercice intellectuel aussi stimulant qu’impertinent.  Cette enseignante en philosophie, chargée de cours en Ethique appliquée au département de philosophie d’Aix-Marseille Université joue sur le mode de l’anachronisme et démontre combien la chanson de variétés et la […]
  • NOIR : L’ emblème du vingtième siècle
    Mais quel est donc le point commun entre un Solex 3800 et une table basse de Martin Szekely, entre une potence de Jean Prouvé créée pour Air France Congo en 1950 et le siège Homme de Ruth Franken (1971), entre un ensemble de luminaires Totem en fibre de carbone signé Edouard Poulain (2004) et le […]
  • Quand les jardins deviennent un mythe du temps présent
    Quand les jardins deviennent un mythe du temps présent, la maison d’édition Phaidon fait paraître Jardins de Jardiniers, un ouvrage consacré aux jardins du monde entier. 250 jardins travaillés par les plus grands paysagistes, designers et horticulteurs donnent un panorama très complet de l’art du jardinage dans sa plus haute expression. Pour décrypter ce travail, […]
  • Il en est de Shakespeare comme de tous les géants de la littérature
    Il en est de Shakespeare comme de tous les géants de la littérature: si souvent mis en scène, tant adaptés que leurs textes leur échappent et que le message semble vivre de lui-même. Depuis cinq siècles maintenant, et après avoir éclipsé les dramaturges de son temps, Shakespeare n’échappe pas à ce destin. Sa gloire s’y […]
  • Conversations d’Anne-Sophie Pic
    L’ ouvrage d’ Anne-Sophie Pic, Eléments de Conversations culinaires, apporte une note d’élégance et d’ouverture passionnante sur l’acte culinaire. Le titre donne le ton du livre. C’est un échange de propos sur tout ce que fournit la circonstance, en l’occurrence le travail d’Anne-Sophie Pic, passé, présent et ses recherches culinaires.  Ce livre est l’occasion d’un […]

RSS News Forks.Tv

  • John Lawrence Sullivan Interview
    En choisissant John Lawrence Sullivan , une figure légendaire du ring de la fin du XIX siècle , Arashi Yanagawa, ancien boxeur professionnel est entré avec dynamisme en 2003 sur la scène d'une nouvelle mod masculine japonaise.
  • Mikelangelo Interview
    Michel Angelo se lance a nouveau dans une grande aventure, une grande tournée avec le cirque Bouglione. Son spectacle Baby Blues débutera à Angoulême le 6 et 7 mars. Dans son interview, il nous explique ses motivations et sa volonté d'aller de retourner sur le devant de la scène.
  • Honorè d’O Interview
    Honoré d’O accorde un interview exclusif dans son atelier à Gand, ou il nous présente ses dernières oeuvres. En effet Honoré D’O explore depuis 1990 un langage plastique pluridimensionnel. Ses œuvres combinent lieux d’échanges, interactivités et expériences individuelles. Avec des objets au départ insignifiants, glanés par-ci par-là, Honoré d’O se lance dans des compositions prenant […]
  • Kagurazaka Megumi
    Megumi Kagurazaka est une actrice japonaise ayant débuté comme mannequin. Elle se passionnait déjà pour le cinéma quand elle était étudiante. Sa timidité l'empêchant de se lancer dans ce domaine, elle se concentra sur la profession de coiffeuse et de maquilleuse. Alors qu’elle travaillait au rayon maquillage dans un grand magasin, des gens d’une agence […]
  • S.M.A.K Musée Avant-Gardiste
    La collection du SMAK est centrée principalement sur l’art moderne européen de 1950 à nos jours. Les objets que le musée héberge sont issus de plusieurs courants de l’art contemporain, tels que Cobra, le Pop Art, le Minimal Art, l’art conceptuel et l’Arte Povera. Il y a lieu de relever en particulier les installations Wirtschaftswerte […]
  • Paco Rabanne Interview
      Interview de Paco Rabanne, sur sa trajectoire de l’architecture à la mode, et aux parfums. Une carrière dans la mode, des débuts dans l’architecture. En effet, en 1966, le créateur espagnol présente sa première collection à Paris, composée de 12 « robes importables en matériaux contemporains ». Les créations révolutionnaires, sont faites de matériaux […]
  • Gaspard Yurkievich Interview
    Son nom provoque l'enthousiasme des rédactions des magazines de mode. Gaspard Yurkievich, designer de mode créeant du beau, du provocant, est devenu en que
  • Interview de Tristan Aurouet
    Après un premier film en 2004 en duo, « Narco », avec  Gilles Lellouche , Tristan Aurouet réalise ce premier long métrage « Mineurs 27″ dont il assure seul la totale réalisation. Pour ce thriller il a choisi comme sujet l’abus d’adultes sur mineurs. Ce film noue et dénoue donc les fils complexes que peuvent engendrer les conséquences […]
  • La Vision de Frédéric Boyer
    La mission, même si je déteste ce mot, de la Quinzaine est de découvrir des talents. Frédéric Boyer a proposé dans ses sélections beaucoup de premiers films. Donc on sélectionne des gens dont on n'a jamais entendu parler. Certains sont des anciens assistants réalisateurs, ont été photographes, un autre comédien (Karl Markovics, 'Atmen'). Ils sont […]
  • Atsuro Tayama Interview
    Diplômé du Bunka Fashion College en 1975, le jeune Atsuro Tayama fait ses classes, version travaux pratiques aux côtés de Yohji Yamamoto jusqu’en 1978. Il ajoute une corde à son arc en dirigeant, pendant quatre ans, la société Yohji Europe, à Paris. Le manager créatif catalyse une do