Feature 18/03/2021

Stratégie de non-confinement: le point de non retour ?

by Rédaction

La stratégie présidentielle a-t’elle atteint ses limites? Telle est la question que l’on peut légitimement se poser. Aux dire de l’Exécutif, les prises de décisions évoluent rapidement. Lundi, le statu quo semblait de mise. Mardi la question portait sur d »éventuelles prises de décisions par le Conseil des Ministres.  L’évolution des prises de position des capitales européennes sur le vaccin Astra Zeneca a conduit ce même jour le Président de la République à suspendre la vaccination avec l’Astra Zenica. Et mardi toujours, le chef de l’État étudia la position du Conseil scientifique, puis consulta par visioconférence les responsables de services de réanimation.

Les chiffres des vaccinations, réanimations, et décès

Les chiffres des vaccinations, réanimations, et décès tombent comme des oracles. Le Gouvernement et l’Élysée les scrutent pour définir leur politique future. L’Île-de-France et les Hauts de France sont toujours en position délicate. Dans la région parisienne, le taux d’incidence a de nouveau grimpé à 418 nouveaux cas de contamination pour 100 000 habitants sur les sept derniers jours. Ces chiffres se situent largement au-dessus du seuil défini par les autorités sanitaires comme celui d’ « alerte maximale » (250). La hausse constante du nombre de malades en réanimation oblige les hôpitaux d’Ile-de-France à déprogrammer la plupart des opérations non urgentes, alors qu’initialement une stabilisation sur l’un de ces chiffres entraînait immédiatement une interprétation en faveur du statu quo. Et cela plus particulièrement pour la région parisienne, pour laquelle Emmanuel Macron, souhaitait éviter par tout moyen tout type de confinement.

À lire aussi : http://www.forks.fr/lanalyse-du-gouvernement-interroge-confinement-a-nice-mais-pas-a-dunkerque/

Conseil des ministres

À l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a confirmé que « La situation se dégrade au vu des derniers chiffres » pour certaines régions dont l’Île-de-France, et ce, malgré l’augmentation de la campagne de vaccination. Les nouveaux variants touchent différemment les régions, mais impactent les résultats de la stratégie mise initialement en place pour préserver une activité économique. Compte-tenu de ce contexte, il a été décidé une augmentation des mesures, mais celles-ci n’auront lieu qu’après une rencontre avec les responsables politiques. Dans son analyse le gouvernement conclut être arrivé aux termes de l’efficacité des mesures prises. Gabriel Attal tient à préciser que le confinement ou toutes autres mesures seront conformes aux déclarations précédentes.  » Nous le ferons en ultime recours ». Tout en notant qu’à ce jour « Le pari semble être gagné par le fait que la pandémie semble maîtrisée, à la différence d’autres pays comme l’Italie ou l’Allemagne, qui ont décidé des confinements » sans résultats définitifs acquis. Les pistes envisagées sont celles d’une approche régionale, avec en ligne de mire principale l »Île-de-France et les Hauts de France.

À lire aussi : https://www.forks-monaco.net/les-effets-secondaires-averes-des-vaccins/

 « La pression ne faiblit pas, il y a un caractère durable, un taux d’incident élevé, une dynamique ». Le porte-parole ne perd pour autant pas de vue que « La solution durable pour sortir de la situation, c’est la vaccination. ». Et de conclure: « Nous allons aller plus loin pour ce week-end ». Dans la panoplie des mesures envisagées figurent les « Restrictions sur les déplacements entre les régions ». Les décisions définitives seront annoncées demain jeudi à 18 h, avec l’annonce de nouvelles mesures après concertation avec les responsables politique locaux.

Jean Cousin

Print Friendly, PDF & Email
Leave a comment