Home » Art & Culture »Music » Currently Reading:

Un métier peu connu: agent d’artistes

mars 13, 2019 Art & Culture, Music No Comments

David Barat est un agent dans le monde de la musique, il a créé en 2002 sa propre structure Belleville Music avec des interprètes comme Gaspard Royant, Laura Cahen, Gauvain Sers, Peter von Poehl, Toybloïd, Syd matters, Jil is Lucky, The Buns, Jonathan Moral. 

Pouvez-vous nous indiquer comment fonctionne le modèle économique d’un agent ?

Dans la partie interprète vous avez le « live » et l’enregistrement, le recording. L’ autre partie c’est l’image, donc l’artiste. C’est tout cela qui nous intéresse. Notre rôle est de coordonner et faire grandir toutes ces parties, c’est un gâteau en fait. De plus chaque artiste intervient différemment. Si l’interprète n’est pas auteur compositeur, son intervention dans la partie composition sera extrêmement réduite. C’est tout cela qui génère des revenus sur lesquels nous  percevons un pourcentage de 15 pour cent. C’est le pourcentage prévu en France, et il est réglementé.

Qui peut intervenir?

Le partenaire de l’auteur-compositeur c’est l’éditeur graphique. C’est celui qui acquiert les œuvres, les transforme en partition, et fait en sorte qu’elle génère des droits. Par exemple il va  placer les chansons auprès d’autres _interprètes, synchroniser ces œuvres sur des images, en pub ou en cinéma.


Mais ensuite que se  passe-t’il?

Au niveau de l’enregistrement elle va au studio avec un réalisateur. C’est alors un dialogue artistique. L’artiste par exemple dit: « Moi je voudrais que cette chanson soit très aérienne », et le réalisateur traduit. Il lui propose des accompagnements,  d’utiliser par exemple un accordéon, et  il organise la rencontre.  Il reçoit un salaire quotidien et un pourcentage sur les ventes, en moyenne 2 pour cent .

Et le cachet ?

Il y a pas de règles. C’est très variable. Certaines stars font gagner beaucoup. Pour les petits artistes, cela dépend de leur mode de rémunération. Sont-ils intermittents ou non? Ils peuvent gagner 200 ou 300 euros par jour. Mais comme il n’y a pas de limite, cela peut être 1000 euros .

Le compositeur, lui, ne fait que composer. Ensuite l’interprète va en studio avec le réalisateur. Pour le compositeur, l’auteur, il n’y a pas de cachet fixe. Il ne touche rien tant que la chanson n’est pas exploitée. II n’y a pas de négociation. Vous donnez une chanson, et ce n’est qu’une fois qu’elle génère des bénéfices, qu’elle passe en radio, qu’il y a des ventes ( diffusion t.v. etc . . .), que le compositeur touche des droits d’auteur. A partir de là il touche sur tout.
2 types de droit leur permettent d’obtenir des bénéfices. C’est un peu compliqué. Quand vous êtes auteur-compositeur il y a les droits d’exécution publique, et des droits de reproduction mécanique.
La reproduction mécanique c’est quand l’œuvre est fixée sur un support, par exemple un cd. En fait, dès que quelque chose est fixé, et que le support est vendu, il y a une royaltie, autour de 7 pour cent du prix hors taxe qui vont aux auteurs-compositeurs et l’éditeur. Ce pourcentage est en général divisé: 50 pour les auteurs-compositeurs et 50 pour l’éditeur . Par contre les droits d’exécution publique (les DEP), eux, sont toujours partagés: 4 douzièmes pour l’éditeur, 4 douzièmes pour l’auteur, et 4 douzièmes pour le compositeur

L’éditeur graphique est-il un personnage à part ?

C’est par exemple Sony ATV, Warner Chappell, Universal Music Publishing. C’est une structure séparée qui acquiert des droits, et fait en sorte qu’ils génèrent à leur tour des droits. Mais elle les gère d’un point de vue purement administratif, elle va les déposer auprès de la SACEM (société des auteurs- compositeurs et éditeurs de musique ) , vérifier que la SACEM a bien réparti les droits etc

En fin de compte ne touche-t’il que 2 pour cent ?

Sur la reproduction mécanique oui. Par contre sur les droits d’exécution publique il va toucher 4 douzièmes, soit 33 pour cent. Sur des ventes, il va effectivement toucher son pourcentage sur les 7 pour cent. Mais si c’est une synchronisation il touche 50 pour cent.
C’est un aspect caché du métier de l’éditeur.  Son but c’est de s’assurer de l’exclusivité de l’auteur-compositeur. Dans les faits,  moi je suis éditeur. Je vais vous voir, je vous dit » Ecoutez, je veux votre signature, je veux récupérer vos œuvres, je vous fait un pacte de préférence ». Cela signifie que, si vous signez, vous êtes obligé de me les donner en premier. En échange je vous donne une avance sur ces droits, et je paye des avances de marketing pour de la publicité par exemple, si besoin pour un attaché de presse. Je peux faire toutes les dépenses possibles pour que ces œuvres génèrent des biens.

Ce sont des boîtes qui ne font jamais faillite parce que les œuvres rentrent dans vos actifs, et surtout elles donnent de la valeur à votre société. Tous les éditeurs ne sont pas cotés. Mais, quoi qu’il en soit, vous avez un catalogue d’actifs que vous pouvez valoriser et vendre. Si vous revendez votre boîte ou vos actifs, vous vendez vos œuvres et vos droits à-venir.

 Les interprètes change parfois de maison de disque ou de label…

Alors là, c’est au point de vue production, pas édition.  C’est ce qu’on appelle l’édition phonographique. Vous avez le marché, le public qui va chez des détaillants, achète des cd, ou bien sur iTunes. Mais pour que les cd arrivent jusque là, il faut passer par un distributeur, qui, lui, prend les objets et va les mettre en magasin. Il prend 40 pour cent. Mais avant ce fichier que l’on va vendre, il faut qu’il y ait un éditeur phonographique qui crée des phonographes:les vinyles donc, les cassettes, l’objet qui sera mis en vente.
Et, encore au dessus, il y a le producteur. Lui, il paye les musiciens, l’artiste. Il a un contrat avec l’ artiste, mais après je sais pas. Par exemple, vous voyez le label Atmosphériques, Marc Thonon est producteur, il a signé, entre autres, avec Louise Attaque. Il a payé pour l’enregistrement. Mais, pour sortir l’album, il ne va pas le faire lui-même, parce que cela demande de gros investissements. Il doit alors conclure un contrat de licence avec un éditeur phonographique. C’est ce qu’on appelle un label.

Mais qui  paye le plus ? Tout cela, les photos …

L’éditeur phonographique. C’est lui qui paye toutes les dépenses marketing, commerciales etc.

Le producteur prend-il un pourcentage ?

Une fois qu’il a conclu une licence avec un éditeur phonographique, en général le producteur a un taux autour de 20 pour cent. C’est à dire 20 pour cent du prix de gros hors taxes. Et c’est lui qui paye l’artiste.

Donc, en fin de compte, l’éditeur phonographique peut être Sony? Sony qui est aussi un éditeur graphique.

Sony Music, mais c’est Sony ATV qui est éditeur graphique. Ce ne sont pas les mêmes sociétés. Même si c’est Sony aussi. Des artistes peuvent être en contrat d’artiste pour les enregistrements chez Sony Music, donc Sony est producteur et également éditeur phonographique.
Mais, par contre pour ses droits d’auteur, elle est éditée par Sony ATV, qui est une autre société qui appartient partiellement à Sony et à ATV, et qui appartient en fait à Michael Jackson, enfin maintenant aux héritiers de Michael Jackson. Ils ont fusionné et créé une structure éditoriale importante qui appartient partiellement, enfin l’un des deux actionnaires est Sony.

L’enregistrement c’est donc le producteur … et l’image?

Tout dépend du contrat. Des artistes cèderont leur droit à la maison de disques, d’autres ne le feront pas, et le garderont pour eux. En général les maisons de disque veulent des contrats à 360 degrés:  ils veulent l’image. Par ex avec Orange et BMW pour créer du be to be.
Et nous, les agents, nous sommes partout:  au centre de la communication entre tout le personnel et cela est multiplié exponentiellement  avec les partenaires qui sont tous différents.

En Angleterre y a-t’il un droit différent ?

Non. Ce n’est pas une question d’origine juridique, c’est plus une question de réseau. C’est un marché énorme, aussi compliqué qu’en France. On a déjà du mal avec la France. Les territoires comme l’ Angleterre et les Etats Unis aiment bien avoir des partenaires locaux.
Les Etats Unis – je vous en parle même pas – ce ne sont pas les mêmes horaires. Un simple appel de N-Y à L.A, c’est toujours de nuit. On n’a plus de vie, et puis on n’est pas efficace. Enfin… c’est très difficile.

C’est quoi l’adami spedidam?

L’adami spedidam, en fait, c’est l’artiste-interprète qui enregistre pour un producteur pendant l’exploitation de l’album.  Il a des droits qui s’appellent des droits voisins qui sont générés, donc ce sont les droits voisins du droit d’auteur.
Les droits d’auteur vont aux auteurs compositeurs, éditeurs, mais il y a des droits générés pour les producteurs: ce sont les droits voisins. Il en existe aussi pour les interprètes. Par exemple quand la chanson est diffusée,  l’interprète a des droits sur les diffusions. La maison de disque va aussi prendre une part dessus. Des sociétés collectives, comme la SACEM, gèrent ces droits voisins qui sont ceux de l’adami spedidam.

Ils font donc partie de la SACEM ?

Non, cela n’a rien à voir. Mais cela fonctionne de la même façon. En fait ce sont des ayant-droits qui se mettent ensemble pour gérer leurs droits. Cela représente des sommes très importantes pour les gros artistes.

Pouvez-vous également préciser artiste salarié et contrat?

Le contrat d’artiste c’est ce qui va lier votre artiste au producteur. Le producteur est lié à l’éditeur phonographique par un contrat de licence. Qui lui même va se lier à un distributeur par un contrat de distribution.
En France l’artiste est un salarié, ce n’est pas un entrepreneur comme aux Etats Unis ou en Suède. Il a donc toujours un employeur, et quand il enregistre il touche un salaire par jour d’enregistrement.
Un salaire qui est symbolique , syndical et symbolique, le minimum c’est 80 euros.

On a trouvé sur internet un petit papier avec tous les détails pour l’emplacement, la loge etc..

C’est ce qu’on appel le Ryder , un document annexe au contrat. C’est ce qu’on envoie pour la scène et aux promoteurs locaux.  Le Ryder leur explique le nombre de personnes, ce qu’on a besoin pour le matériel etc.

Les mouvements de managers?

MMF, Music Manager France, les coordonnées sont sur internet. C’est un syndicat de managers mondial, et MMF, c’est la branche française.

Et vous êtes combien?

Je n’en ai aucune idée, mais on n’est pas nombreux en France. A vivre du management, on doit être 30 ou 40, pas plus. Il y en a d’autres qui le sont, mais pour eux c’est une activité annexe.

La différence entre label et maison de disque?

Ce sont des problèmes sémantiques. Ce que l’on appelle maison de disque c’est une entité qui regroupe le producteur et l’éditeur phonographique. Une Major par exemple est à la fois producteur – ils payent les enregistrements-, éditeur phonographique -ils vont commercialiser les enregistrements-, mais aussi distributeur. L’éditeur phonographique c’est vraiment pour qu’il n’y ait pas de confusion avec le label. Parce que label veut rien dire, c’est une marque.

Ils n’éditent rien ?

Stricto sensu c’est une marque, c’est une étiquette comme Vogue, Mercury, etc. Ce que les anglais appellent le label c’est la marque sur le 45 tours, c’est une étiquette. Ce label-là a une existence légale, et parfois concrète. Mais c’est juste une marque.

Print Friendly, PDF & Email

Comment on this Article:

You must be logged in to post a comment.

RSS Forks Radical trend

  • Des vacances autrement: Gdansk
    A l’est de l’Allemagne, avec une façade maritime sur la Mer Baltique, la Pologne se situe au confluent de l’Europe du Nord et l’Europe Orientale. Mais avant de devenir le 1er mai 2004 un pays membre de l’Union européenne, la Pologne, en raison de sa situation géo-politique, connut une histoire ...
  • Patek Philippe la constance dans l’innovation
    Patek Philippe est une marque horlogère Suisse dont la renommée s’est bâtie sur la conception des montres les plus plates et complexes du marché. C »est d’ailleurs ce qui a constitué la principale caractéristique de son savoir-faire. Une constante dans les ventes aux enchères Cette marque se signale par la régularité ...
  • Le cinéma « Polonais à Paris »
    Afin de conforter le rayonnement de la culture polonaise, la 10e édition du Festival du film polonais, KINOPOLSKA, a présenté plusieurs films illustrant la nouvelle vague des cinéastes de ce pays. A côté des grands noms qui ont construit la renommée du cinéma polonais, Krzysztof Kieślowski, Agnieszka Holland, Andrzej Wajda, ...
  • 15 ème semaine du nouveau cinéma russe
    Voici l’opportunité de voir un cinéma russe peu diffusé en France. Afin d’ illustrer l’originalité de cette création cinématographique, le Ministère de la Culture de la Fédération de Russie a  effectué une sélection qui révèle  les orientations des metteurs en scène tant par leur choix de sujets, que par le ...
  • ArteBellum dans le trend des ventes aux enchères sur Internet
    Les ventes aux enchères offrent parfois l’opportunité de rencontrer des objets dont le destin n’a pas encore rencontré la reconnaissance du public. Un yacht de 20 mètres, aux finitions incroyables se trouve être en vente sur le site ArteBellum. L’histoire de ce bateau est en effet singulière. Conçu avec l’ ...
  • Grâce soit donnée au Festival de Cannes
    Grâce au Festival de Cannes, les films et le septième art se projettent dans tous les médias comme étant l’ événement incontournable qui façonne l’année cinématographique. Mais il reste paradoxalement que cet événement est celui d’un seul titre, celui de son grand prix, film que parfois tout portera de toute ...
  • Le professeur Patrice Debré nous éclaire sur les infinis du microbiote
    Au salon des Allergies Alimentaires et des produits « Sans » qui se tenait Porte de Versailles,  Patrice Debré,  professeur  d’immunologie à l’Université Pierre et Marie Curie a tenu une conférence sur le thème de l’homme microbiotique. Son  exposé a dressé un état de l’art de la recherche en ce domaine. Guidant ...
  • Hello, my game is…
    L’humour est au rendez-vous quand Invader investit le Musée en Herbe. Voilà plus de 6 ans que cet artiste n’avait pas exposé à Paris, entre quatre murs. Un peu logique pour un street-artiste, ces créateurs qui ont choisi d’envahir toutes les surfaces de l’espace urbain. Et pourtant un retour car ...
  • Noma, un film sur une cruelle démesure
    « Noma au Japon », film-documentaire réalisé par Maurice Dekkers, a pour sujet unique le voyage du chef René Redzepi dans l’archipel en 2015. Celui-ci a en effet crépu re-créé un restaurant éphémère au Mandarina Oriental Hôtel. C’est un documentaire à regarder non pas comme un documentaire très bien fait, mais surtout ...
  • Leonardo Paixao, une cuisine « étoilée » de Minas Gerais
    La province de Minas Gerais suscita déjà au début du dix-neuvième siècle l’enthousiasme du naturaliste français Auguste de Saint Hilaire, et déjà à cette époque cette province du Brésil était réputée pour sa gastronomie. Deux siècles plus tard le MinerasGerais confirme cette réputation. La diversité des paysages, la richesse des ...

Comments

  • axt@magic.fr: Merci pour ce bel article, j'en profite pour inviter les let...

RSS Forksbeauty

  • La cosmétique: une longue histoire
    Au Moyen âge pas de Cosmétique, mais de la " Commatique", c'est à la fois un adjectif et un nom comme aujourd'hui la cosmétique et les soins cosmétiques. Puis vient la Renaissance, et le retour à l'étymologie pure et dure. Place à la racine grecque, exit la Commatique, arrive la "Cosmétique", décalquée du grec ancien […]
  • La cosmétique est l’IA
    Dans la recherche d’une solution cosmétique plus proche de la nature, de nombreuses solutions sont proposées. Les plus extrêmes vont jusqu’à la confection « at Home » de produits de beauté. Sans aller jusqu’à une démarche aussi radicale, il existe quelques solutions pour parfaire les soins de notre corps. Recourir aux huiles ...
  • Givenchy man, une gamme pour hommes
    Givenchy man, une gamme pour hommes. La gamme Givenchy Man, initialement élaborée avec cinq produits, décline un produit hydratant, un masque-peeling, un anti-âge, une crème à raser, et un anti-cernes. Le point fort de cette gamme s’appuie sur un packaging de choc.
  • Paco Rabanne Black XS mais encore ……
    parfum se construit en note de tête sur des baies de poivre rose, fleurs de tamarinier est déjà des airelles, en note de coeur violette noire, rose hellébore, fleurs de cacao
  • Polaar à la rencontre de l’homme
    La marque Polaar poursuit sa politique de diversification et élargit ses gammes en s'attachant cette fois au domaine du confort et du bien-être masculin.

RSS Forks Books

  • LOUIS I, LOUIS II, LOUIS III, … LOUIS XIV, pas aussi évident!
    Tout  semble si logique dans la numérotation des rois de France, si évident… inéluctable. Cette numérotation si rigoureuse s’impose par sa simplicité, une simplicité d’autant plus évidente qu’ en dépit de 15 siècles nous ne devons compter que jusqu’à  dix-huit. Sans dépasser la vingtaine, voici reconstituée toute l’histoire de la royauté française. Edifiant!  A moins que,  […]
  • LE POP ART, UN ART PAS SI POP
    Imaginons une société de l’abondance qui déverse pêle-mêle ses images et ses mythes dans un joyeux désordre. Avec enthousiasme ale monde anglo-saxon des années 5O entasse, dans son caddy de consommateur fou, Marylin, du potage Campbell, des B.D., des bêtes empaillées et de fameuses bouteilles. C’est le temps des jours heureux et de la récréation. […]
  • Les Quais de Chicago , Stuart Dybek
    Né à Chicago en 1942 dans une famille polonaise, Stuart Dybek livre dans ce recueil, Les Quais de Chicago, 14 nouvelles sur le Chicago populaire des quartiers polonais ou mexicain. Sous sa plume surgit toute la poésie, toute la vie de ces quartiers pauvres du Chicago d’alors où haut et l’auteur, avec ses amis, découvre […]
  • Echantillon: un livre sur la Mode
    Le monde de la mode est en perpétuel changement, aussi un regard d’ensemble sur celle-ci est chose rare. Or c’est le cas de cet ouvrage qui, au diapason de sa somptueuse couverture, et par l’originalité de la découpe de ses pages, a réuni là des spécialistes particulièrement pointus du monde de la mode, qui ont […]
  • Le Syjunta: une méthode créative de décontraction
    Non, le Syjunta  ne désigne ni une nouvelle école de yoga, ni un sport de combat, ni un exercice de méditation. Le Syjunta  désigne, en Suède, la réunion de personnes créatives. Traditionnellement c’était une communauté de femmes qui se réunissaient avec leurs ouvrages en cours: tricot, crochet, broderie ou plus pratiquement raccommodage. Mais aujourd’hui le […]
  • Plus long le chat dans la brume
    Plus long le chat dans la brume , Journal d’une monteuse: un livre sur le cinéma, pas vraiment! Un livre d’illustration, pas plus! Un monologue, absolument pas! Un essai alors, pas vraiment. Un livre sur le cinéma, oui et non. Un recueil de poésie… peut être. Voilà en quelque sorte ce qui caractérise le livre […]
  •  Surprenant salon du livre 2018
    L’ édition du salon Livre Paris 2018 aura été riche en évènements.  Dès avant son ouverture au public, cette édition 2018 a focalisé les regards des amateurs de lecture. C’est ainsi qu’il nous a été permis de découvrir le statut des auteurs de livres pour la jeunesse: une rémunération inférieure et des obligations de présence […]
  • NOIR : L’ emblème du vingtième siècle
    Mais quel est donc le point commun entre un Solex 3800 et une table basse de Martin Szekely, entre une potence de Jean Prouvé créée pour Air France Congo en 1950 et le siège Homme de Ruth Franken (1971), entre un ensemble de luminaires Totem en fibre de carbone signé Edouard Poulain (2004) et le […]
  • Code de création: John Maeda
    Code de création permet de découvrir en marge du travail d’artiste de John Maeda son activité d’enseignant au sein du célèbre MIT Media Lab. Ce livre nous présente les travaux les plus passionnants et les plus innovateurs de ses étudiants du Aesthetics and Computation Group (ACG), qu’il dirigea pendant huit années, et dont la plupart […]
  • Quand les jardins deviennent un mythe du temps présent
    Quand les jardins deviennent un mythe du temps présent, la maison d’édition Phaidon fait paraître Jardins de Jardiniers, un ouvrage consacré aux jardins du monde entier. 250 jardins travaillés par les plus grands paysagistes, designers et horticulteurs donnent un panorama très complet de l’art du jardinage dans sa plus haute expression. Pour décrypter ce travail, […]

RSS Forks Cars

  • Le concept NeuV de Honda: acheter utile
    De nouveaux objets apparaissent. D’ autres, déjà connus,  doivent être vécus sous une approche différente. Tel est le cas du concept NeuV de Honda. Depuis le XX ème siècle la voiture  génère bon nombre des mythes de l’homme moderne.  Raymond Barthes, dans son livre Mythologies a d’ailleurs  décrit , analysé le phénomène, et a associé […]
  • Rétromobile 2019: le design premium
    La nouvelle édition de Rétromobile tombe manifestement du ciel dans la mesure où elle se présente d’abord comme un objet superlatif. Il ne faut pas oublier que l’objet est le meilleur messager de la surnature: il y a facilement dans l’objet, à la fois une perfection et une absence d’origine, une clôture et une brillance, une […]
  • Armand Collector
    Gerald Armand est à la fois un gentleman driver, un collectionneur, qui a fait profession //www.youtube.com/watch?v=YqRHDfTgI70 de sa passion, puisqu’il traverse l’Europe avec ses motos de collection des années 70, pour aller sur les circuits les plus réputés. En effet des manifestations sont dédiés chaque année aux nostalgiques des courses des années 70, époque des […]

RSS News Forks.Tv

  • Culture au Château Pommard
    Grand vin en Bourgogne , Château Pommard, acquired in 2003 by Maurice Giraud, founder of the company Savoyard of high-end leisure residences MGM Builder. The largest private vineyard of with 20 hectares of a single tenant, was sold to an American entrepreneur Michael Baum. Iconic Silicon Valley boss, Michael Baum, 50 years old, made a […]
  • John Lawrence Sullivan Interview
    En choisissant John Lawrence Sullivan , une figure légendaire du ring de la fin du XIX siècle , Arashi Yanagawa, ancien boxeur professionnel est entré avec dynamisme en 2003 sur la scène d'une nouvelle mod masculine japonaise.
  • Mikelangelo Interview
    Michel Angelo se lance a nouveau dans une grande aventure, une grande tournée avec le cirque Bouglione. Son spectacle Baby Blues débutera à Angoulême le 6 et 7 mars. Dans son interview, il nous explique ses motivations et sa volonté d'aller de retourner sur le devant de la scène.
  • Honorè d’O Interview
    Honoré d’O accorde un interview exclusif dans son atelier à Gand, ou il nous présente ses dernières oeuvres. En effet Honoré D’O explore depuis 1990 un langage plastique pluridimensionnel. Ses œuvres combinent lieux d’échanges, interactivités et expériences individuelles. Avec des objets au départ insignifiants, glanés par-ci par-là, Honoré d’O se lance dans des compositions prenant […]
  • Paco Rabanne Interview
      Interview de Paco Rabanne, sur sa trajectoire de l’architecture à la mode, et aux parfums. Une carrière dans la mode, des débuts dans l’architecture. En effet, en 1966, le créateur espagnol présente sa première collection à Paris, composée de 12 « robes importables en matériaux contemporains ». Les créations révolutionnaires, sont faites de matériaux […]
  • Kagurazaka Megumi
    Megumi Kagurazaka est une actrice japonaise ayant débuté comme mannequin. Elle se passionnait déjà pour le cinéma quand elle était étudiante. Sa timidité l'empêchant de se lancer dans ce domaine, elle se concentra sur la profession de coiffeuse et de maquilleuse. Alors qu’elle travaillait au rayon maquillage dans un grand magasin, des gens d’une agence […]
  • S.M.A.K Musée Avant-Gardiste
    La collection du SMAK est centrée principalement sur l’art moderne européen de 1950 à nos jours. Les objets que le musée héberge sont issus de plusieurs courants de l’art contemporain, tels que Cobra, le Pop Art, le Minimal Art, l’art conceptuel et l’Arte Povera. Il y a lieu de relever en particulier les installations Wirtschaftswerte […]
  • Gaspard Yurkievich Interview
    Son nom provoque l'enthousiasme des rédactions des magazines de mode. Gaspard Yurkievich, designer de mode créeant du beau, du provocant, est devenu en que
  • Interview de Tristan Aurouet
    Après un premier film en 2004 en duo, « Narco », avec  Gilles Lellouche , Tristan Aurouet réalise ce premier long métrage « Mineurs 27″ dont il assure seul la totale réalisation. Pour ce thriller il a choisi comme sujet l’abus d’adultes sur mineurs. Ce film noue et dénoue donc les fils complexes que peuvent engendrer les conséquences […]
  • La Vision de Frédéric Boyer
    La mission, même si je déteste ce mot, de la Quinzaine est de découvrir des talents. Frédéric Boyer a proposé dans ses sélections beaucoup de premiers films. Donc on sélectionne des gens dont on n'a jamais entendu parler. Certains sont des anciens assistants réalisateurs, ont été photographes, un autre comédien (Karl Markovics, 'Atmen'). Ils sont […]